Hommage à Jean Lassalas

Mis en ligne le par Pierre MIELE

Jean Lassalas, Président d'honneur et fondateur de notre association s'est éteint le 16 janvier 2020.

Arrivé en Casamance au début des années cinquante, il crée sa propre activité d'électricien à laquelle il va rapidement rajouter la création d'un cinéma qui reste encore dans la mémoire des casamançais et il y rencontre sa future épouse avec qui il va fonder une famille.

Contraint comme beaucoup de ses compatriotes de quitter le Sénégal au moment de l'indépendance en 1960, il reste meurtri à l'idée d'abandonner sa seconde patrie et ambitionne de la retrouver un jour.

Tout en gardant des liens avec des casamançais, ce n'est que bien plus tard, dans les années quatre vingt, qu'il organise avec des amis ayant connu la même expérience un séjour à Ziguinchor. La rencontre avec des religieuses qui gèrent des postes de santé et des écoles dans les villages va être déterminante. Les populations de Casamance y vivent isolées et coupées de l'accès aux soins dispensés dans les hôpitaux par manque de moyen de transport. De trop nombreuses personnes en subissent les séquelles à vie et d'autres en meurent.

C'est alors le « déclic ». L'idée d'amener des voitures dans ces villages prend forme. En 1993, ce sera la première « opération 4L ». Celle-ci, menée avec des amis mécaniciens et d'autres volontaires, donne le départ d'une série de convois qui transporteront du matériel médical, mécanique et informatique, qui viendra en aide aux centres de formation, aux écoles et appuieront les missions médicales dans les villages en les équipant de voitures ambulances.

En novembre dernier, conscient qu'il ne faut plus trop tarder en raison de son âge, il organise son n-ième séjour en Casamance pour accueillir la treizième « Route de la Solidarité et de l'Amitié » composée de dix huit voitures et trois fourgons qui arrivera à Ziguinchor le 18 novembre 2019.

Jusqu'à la dernière heure, son regard sera tourné vers la Casamance. Elle l'a envoûté et il l'a regardée avec passion. Il y a entraîné ses amis, il a usé de sa pugnacité, de son talent de conteur, de sa fidélité en amitié, de son sens de l'humour, pour les convaincre de s'engager. Il a donné son temps avec générosité et de manière désintéressée, il a tissé des liens souvent amicaux avec les responsables politiques et économiques de cette région. Il n'a jamais baissé la garde et les a tous accompagnés aussi loin que possible dans son aventure, toujours tourné vers le mieux être des populations de Casamance.

Il nous a quittés en nous confiant la responsabilité de perpétrer son action qu' il a toujours souhaitée empreinte de solidarité et d'amitié. Nous n'avons pas le droit de le décevoir.